Complémentaire santé: ''À la retraite, ai-je intérêt à garder ma mutuelle de salarié?''

Complémentaire santé: "À la retraite, ai-je intérêt à garder ma mutuelle de salarié?"

Complémentaire santé: "À la retraite, ai-je intérêt à garder ma mutuelle de salarié?"

mardi 03 avril 2018
Votre départ en retraite approche, vous étiez satisfait(e) de votre mutuelle d'entreprise mais faut-il la conserver?

"Ai-je intérêt à conserver ma mutuelle de salarié au début de ma retraite? Je me dis que mon patron sait mieux la négocier que moi. Faut-il décider avant le début de ma retraite? 

 Après votre départ en retraite vous pouvez conserver la complémentaire santé qui vous couvrait en tant que salarié ou bien en changer. En pratique, vous disposez des six mois suivants la fin de votre activité professionnelle pour vous décider. La complémentaire santé de votre employeur peut bénéficier d'un bon rapport qualité prix en raison du pouvoir de négociation de l'entreprise. C'est un point intéressant mais n'oubliez pas que votre statut de retraité vous placera dans une situation différente. Trois choses à savoir.

1) Un retraité paie sa mutuelle plus cher qu'un salarié
Votre entreprise prenait en charge au moins 50% de votre cotisation. Si vous gardez le même contrat, vous allez devoir la régler intégralement, sans participation de l'employeur. Par exemple, une mutuelle qui représentait 40€ mensuels sur votre bulletin de paie, vous coûtera 80€ en tant que jeune retraité.

2) la cotisation d'un retraité peut augmenter fortement
La loi Evin prévoit un dispositif permettant aux nouveaux retraités de conserver leur contrat d'assurance santé, dans des conditions encadrées pendant les trois premières années:
la 1er  année: le tarif est le même que celui des actifs, mais le retraité assume aussi la part employeur.  Exemple: 80€ mensuel pour le retraité contre et 40€ le salarié.
la 2ème année: le tarif du retraité peut augmenter dans la limite de +25%. Exemple: de 80€ à 100€ par mois
la 3ème année: le tarif du retraité peut encore progresser jusqu'à la limite de +50% par rapport au tarif des actifs. Exemple: la cotisation du retraité peut passer de 100 à 120€. Soit 50% de plus que la cotisation d'un salarié (80€) part employeur comprise. 
Au-delà de la troisième année de retraite, les prix des complémentaires pourront augmenter librement. 

3)   Vos besoins évoluent
Les besoins de couverture des retraités (hospitalisation, honoraires de spécialistes ...) sont sensiblement différents de ceux des actifs (optique et dentaire, maternité, couverture des enfants...). Sans la participation de l'employeur la couverture santé d'entreprise peut s'avérer très vite plus chère et moins efficace qu'une bonne mutuelle individuelle adaptée aux besoins des retraités. Il faut donc comparer avant de décider.
 

Retour à la liste