Déodorant

Déodorant

Déodorant

vendredi 04 octobre 2019
Déodorant : adoptez la bonne formule

Pas toujours facile de choisir un déodorant en étant sûre de son innocuité ! Le point sur les nouvelles formules proposées par les cosmétologues.

D'abord il y a eu la polémique sur les sels d'aluminium, puis sur la pierre d'alun, accusés d'être dangereux pour la santé. Pas toujours facile de choisir un déodorant en étant sûre de son innocuité ! Pourtant, c'est notre meilleur allié pour rester impeccable en toute occasion. Aujourd'hui, à l'exception des antitranspirants, les déodorants, bio ou pas, ont abandonné ces ingrédients controversés. Le point sur les nouvelles formules proposées par les cosmétologues.

• Déodorant ou antitranspirant ?
Le mot déodorant est passé dans le langage courant pour désigner tout ce que vous appliquez sur les aisselles. En réalité, il existe deux catégories de soins. L'antitranspirant qui utilise des sels d'aluminium pour resserrer les pores et ainsi bloquer en partie la transpiration. Le déodorant, lui, ne stoppe pas la production de sueur mais détruit les bactéries présentes sur la peau et les mauvaises odeurs. Certains déodorants combinent les deux actions.

• Les substances à éviter
Le risque associé aux sels d'aluminium ne fait plus débat. L'ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) recommande de ne pas les utiliser sur une peau lésée ou de limiter à 0,6% leur concentration. Dans le doute, la règle qui s'applique est de s'en passer.
Comment les repérer? Ils figurent sous l'appellation aluminium chlorohydrate ou aluminium zirconium pentachlorohydate. La pierre d'alun, vendue plutôt comme antitranspirant, est synthétique ou naturelle. Mais elle contient des sels d'aluminium! Il vaut mieux aussi écarter les perturbateurs endocriniens, reconnaissables sous les dénominations propylparaben et cyclopentasiloxane.

• Poudres et huiles essentielles, le duo bio gagnant
Les déodorants n'échappent pas à la tendance générale, à savoir le bio et le naturel. Même sans sels d'aluminium, ils sont efficaces. Les ingrédients utilisés sont des poudres tirées de minéraux - talc, kaolin, magnésie ou perlite - qui agissent comme de mini-éponges et absorbent les odeurs. Elles sont associées à un parfum jouant le rôle d'agent masquant.
Les huiles essentielles - sauge, romarin, thym, menthe, girofle, arbre à thé - sont les antibactériens les plus courants présents dans les déodorants bio. Elles peuvent être remplacées par des actifs extraits d'huiles végétales ou de l'alcool ou, dans les déodorants dits "conventionnels", par du zinc et de l'oxyde de magnésium. Bio ou pas, s'y ajoutent des antioxydants (vitamines E, C et A) et des agents hydratants pour le confort (beurre de karité...).

• Spray, bille ou stick?
Le principal défaut du spray c'est que, lors de la vaporisation, il projette un nuage de minuscules gouttelettes qui se diffusent dans la salle de bains. Du coup, vous inhalez des substances qu'il serait préférable de ne pas respirer. Si vous êtes accro à ce type de déodorant, privilégiez les formules bio ou celles qui limitent le nombre d'actifs. La bille (ou roll-on) délivre une émulsion humide qui sèche vite et donne une sensation agréable de fraîcheur. La formule sèche du stick protège les peaux sensibles ou qui viennent d'être épilées ou rasées.

• Le déodorant compressé
Ce nouveau format permet autant d'utilisations qu'un déodorant classique mais avec moins de gaz propulseur et moins d'aluminium pour fabriquer le contenant. Son but? Aller dans le sens d'une consommation plus responsable. Il présente aussi l'avantage d'être un produit nomade qui se glisse facilement dans la trousse de toilette...
 
Retour à la liste