CRESUS


 

Accompagner les personnes en situation de vulnérabilité financière


Le dispositif français de traitement des situations de surendettement vise à apporter des solutions aux difficultés des particuliers ne pouvant plus faire face à leurs dettes exigibles ou à échoir.

Aider nos adhérents à éviter d'en arriver à cette situation difficile et douloureuse est l'objet même du partenariat passé avec CRÉSUS Alsace.
Notre partenaire est reconnu tant pour son utilité sociale que pour la qualité de ses prestations par l'ensemble des professionnels du secteur.

Le processus d'accompagnement se décompose en deux phases :

  • D'une part, le repérage des situations susceptibles d'être éligibles à cet accompagnement, effectué par le service opérationnel de la MNM et validé par une commission mixte élus-opérationnels ;
  • D'autre part, la prise en charge par un conseiller CRÉSUS sous forme d'échanges téléphoniques et, au besoin, par courriel. La durée de l'accompagnement est en moyenne de 6 à 12 mois, jusqu'au retour à l'équilibre budgétaire. Les accompagnements proposés intègrent le suivi des situations.
     

L'accompagnement par la plateforme de CRÉSUS vise quatre objectifs :

  • Améliorer la gestion du budget par la réalisation d'un diagnostic partagé et la formulation de conseils et de recommandations ;
  • Réduire le niveau d'endettement par le réaménagement des dettes ou accompagner la procédure de dépôt de plan de surendettement ;
  • Détecter les droits non mis en oeuvre par les personnes, les orienter et les soutenir dans les démarches de mise en oeuvre ;
  • Apporter un soutien moral par un suivi régulier et personnalisé.
     

Focus sur le surendettement :

Le nombre de dossiers de surendettement officiellement déposés continue à décroître. La part de personnes surendettées disposant de ressources non négligeables mais confrontées à un excès de crédit – crédit à la consommation en particulier – a également diminué depuis quelques années.

Les femmes représentent 54 % des personnes surendettées.

Si la législation contre les pratiques excessives en matière de crédit, l'amélioration de la solvabilité des ménages permise par la baisse des taux et les renégociations de crédit ont joué un rôle positif sur cette réduction, elles ont également eu pour effet indirect de concentrer la procédure de surendettement sur les personnes les plus vulnérables :
  • Dans 68 % des cas de dossiers de surendettement, le débiteur n'a pas de conjoint ou en est séparé.
  • 21,6 % des ménages surendettés sont des familles monoparentales, tandis que celles-ci représentent 8,7 % des ménages résidant en France.
  • Plus d'une personne surendettée sur deux (parmi les débiteurs, codébiteurs et personnes à charge) fait partie d'un ménage vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Voir le site